BATAILLONS DE CHASSEURS

Et des anciens DIABLES BLEUS du 30°BCA, 30°BCP, 30°GC
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  CONTACTCONTACT  

- Désormais, l'insigne de notre forum, est disponible à la vente sur le site de la Fédération Nationale des Amicales de Chasseurs (FNAC) bleujonquille.fr -
Le Deal du moment : -27%
Ecouteurs Apple AirPods (2e génération) ...
Voir le deal
130.92 €

 

 Petits historique sur le 70e et 115e BCA (Guerre 1914/1918)

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



Petits historique sur le 70e et 115e BCA (Guerre 1914/1918) Empty
MessageSujet: Petits historique sur le 70e et 115e BCA (Guerre 1914/1918)   Petits historique sur le 70e et 115e BCA (Guerre 1914/1918) EmptyVen 21 Mar 2008 - 14:56

Bonjour Thierry.
Bonjour à tous


Voici deux petits historiques sympas, qui régalera nos maîtres !!!

Vu dans Chasseurs et Artilleurs (dans le même combat pour vaincre)
Le linge et environs 1914-1915.
Don de Mme Périgois 26 Buis les Baronnies (Edition 1920)

Le 70e B.C.A (1914-1918),


Les 27 et 28 février 1915, le 70e Bataillon résiste héroïquement avec trois Compagnies à une brigade allemande entière qui l’attaquait sur le front Chapelotte-Collins (Vallée de la Plaine).

Une Compagnie, de la 10e, qui tient à elle seule ce secteur reçoit le choc très vaillamment ; elle doit cependant lâcher partiellement les premières lignes, mais celles-ci, malgré l’énorme supériorité de l’ennemi, sont reprises par de brillantes contre-attaques de la 7e Compagnie aux Collins et de la 9e Compagnie à la Chapelotte.

Le bataillon quitte ce secteur le 18 mai 1915 et occupe celui du Creux d’Argent, près d’Orbey, depuis le 7 juin jusqu’aux attaques du massif du Lingekof auxquelles, du 20 au 26 juillet 1915, il prend une part glorieuse.

Le Linge. Le secteur d’attaque assigné au bataillon est la Courtine, col dénudé entre le Schratzmaennelé et le Barrenkopf, rentrant battu par des feux convergeant de trois directions.

Le 20 juillet, un groupe de pionniers-bombardiers volontaires, se sacrifie pour cisailler et faire sauter les réseaux ennemis. Presque tous sont tués. Un peloton de la 7e Compagnie succombe également presque en entier dans les réseaux en se portant à l’assaut. L’attaque est arrêtée pour l’ensemble de la Division et remise au surlendemain.

Le 22 juillet, la 9e Compagnie, suivie du peloton restant de la 7e Compagnie, reprend l’attaque ; elle réussit, malgré la perte de la moitié de son effectif, à franchir les réseaux et à enlever toute la première ligne allemande, des carrières du Schratzmaennelé au Barrenkopf.

Pour cette affaire, le groupe de bombardiers de la 7e Compagnie est cité à l’ordre de l’armée.
Ensuite, jusqu’en mai 1916, le bataillon occupe successivement dans les Vosges les secteurs du Lingekof, du Bonhomme, du Schratzmaennelé, de Soulzeren, du ballon de Guebwiller.

L’épopée du 70e Bataillon se poursuivra sur la Somme, sur l’Aisne, en Champagne 1917), puis l’Italie (Monte-Tomba) : 1918), puis encore en 1918 lors des offensives du front de l’Aisne, du front de la Somme, des batailles de Saint-Quentin et au sud de Guise.

Pertes du Bataillon au cours de la Grande Guerre (tombés au champ d’honneur) : 25 officiers et 630 Sous-officiers, Caporaux et Chasseurs.

Chaque fois que le haut commandement a fait appel à sa vaillance, le 70e a tenu à montrer que les fils de l’Auvergne et du Dauphiné, descendants de Vercingétorix et petits-fils de Bayart, avaient de qui tenir et l’humble fanion du 70e est trop petit pour qu’on y puisse inscrire les noms de tous les combats où s’est illustré le Bataillon.

Le 115e B.C.A (1914-1918),

Le 115e Bataillon a été formé le 10 mars 1915 au camp de Garrigues, près de Nîmes, au moyen d’éléments provenant des 6e, 7e, 12e, 23e, 24e, et 27e Bataillons alpins sous les ordres du Commandant MAYER. Ses Compagnies étaient composées en majeur partie de jeunes Chasseurs des classes 1914-1915, encadrés par des camarades plus anciens qui avaient déjà fait campagne dans les vieux Bataillons. (Recrutement : Dauphiné, Nice, et Provence).

Après une période d’organisation, pendant laquelle le Bataillon se constitue au Camp de la courtine, il s’entraîne aux environs de Mirecourt et s’aguerrit pendant un premier séjour au Reichsackerkopf, puis au col du bonhomme où il arrête net un fort coup de main ennemie qui tente d’aborder la ferme des Tournées.

Mais une sanglante épreuve attend le 115e avec les attaques du Linge. En gagé en compagnie de vieux Bataillons couvert s de gloire, ses Compagnies, dès le débouché du premier assaut, sont prises sous le feu des mitraillettes allemandes. Les jeunes Chasseurs de 115e, superbes d’entrain, escaladent les pentes escarpées du Scharatzmaennelé. Mais, près des Carrières, il faut s’arrêter, se cramponner au terrain sous la mitraille. Les pertes sont effroyables. Plusieurs Commandants de Compagnies sont tués.

Pendant quinze jours, ce ne sont qu’attaques partielles, contre-attaques de l’adversaire qui veut à tout prix nous empêcher d’élargir nos gains. Soumis à des bombardements d’une rare violence, il éprouvé par des pertes cruelles qui le privent de son chef le Commandant MAYER. Le Capitaine BELLIME qui le remplace est glorieusement tué.
Il n’y a plus un Capitaine, et c’est le lieutenant CAPELE qui commande le Bataillon jusqu’au 10 août, date à laquelle le Commandant MANICACCI prend le Commandement.

Sous les ordres de ce nouveau chef, le 115e fournit une campagne d’hiver particulièrement dure. Du 29 novembre 1915 au 16 avril 1916, il tient sans interruption deux des secteurs les plus agités des Vosges ; le Reichsackerkopf et le Braunkopf-Metzeral .

En 1916, sous les ordres du Commandant TOUCHON, c’est l’Hilsenfirst, l’Hartmannswillerkopf, puis ce sera la Somme…

Le 115e Bataillon revient passer dans la neige des montagnes d’Alsace le rigoureux hiver 1916-1917.

Michel Chantriaux
Le 8e toujours debout.
Revenir en haut Aller en bas
 
Petits historique sur le 70e et 115e BCA (Guerre 1914/1918)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BATAILLONS DE CHASSEURS :: HISTOIRE DE NOS BATAILLONS :: BATAILLONS DE CHASSEURS :: BATAILLONS ALPINS, A PIED, PORTES :: Historiques, JMO, Ordres du Jour, Témoignages et Courriers-
Sauter vers: