BATAILLONS DE CHASSEURS

Et des anciens DIABLES BLEUS du 30°BCA, 30°BCP, 30°GC
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  CONTACTCONTACT  

- Désormais, l'insigne de notre forum, est disponible à la vente sur le site de la Fédération Nationale des Amicales de Chasseurs (FNAC) bleujonquille.fr -

Partagez
 

 Le Viel-Armand, Hartmannswillerkopf

Aller en bas 
AuteurMessage
Thierry GUYON
*** Fondateur ***
*** Fondateur ***
Thierry GUYON

Messages : 4004
Age : 51
Localisation : Grenoble (38)
Année d'Incorpo. : 88 à 90
Inscrit le : 21/01/2006

Le Viel-Armand, Hartmannswillerkopf Empty
MessageSujet: Le Viel-Armand, Hartmannswillerkopf   Le Viel-Armand, Hartmannswillerkopf EmptyMer 9 Mai 2007 - 18:35

Bonjour à tous

Le nom de "Vieil Armand" provient du nom germanisé de "Hartmannsweiler" du village et de la butte (la tête "kopf") qui le surmonte.
Les Poilus de l'époque, pas tous lettrés, ont traduit "weiler" par "vieil" et "hartmann" par "Armand"


Liste des Bataillons de Chasseurs ayant combattus au HWK.

Les 5e, 6e, 7e, 11e, 12e, 13e, 15e, 17e, 21e, 22e, 23e, 24e, 27e, 28e, 41e, 46e, 47e, 51e, 52e, 53e, 60e, 61e, 62e, 63e, 64e, 65e, 67e, 68e, 69e, 115e, et les 3e, 5e, 6e, et 7e bataillons territoriaux.


Le Viel-Armand, Hartmannswillerkopf Hwk10
(Photo IGN)

Le Viel-Armand, Hartmannswillerkopf Cimeti11

Merci à Eric Mansuy

-....--.-...-...-..----..-. -.. -.-.-.....-.........-.-....
 

Le Viel-Armand, Hartmannswillerkopf FNAC
Le Viel-Armand, Hartmannswillerkopf Ban30.2
Apprendre à connaître les anciens, c’est pour les jeunes Chasseurs vouloir les imiter un jour.

" Quand le drapeau avance, il faut le suivre ; quand il tombe, le relever pour le porter toujours plus loin ". Colonel DRIANT


Dernière édition par le Dim 8 Juil 2007 - 13:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.bleujonquille.fr
Invité
Invité



Le Viel-Armand, Hartmannswillerkopf Empty
MessageSujet: Re: Le Viel-Armand, Hartmannswillerkopf   Le Viel-Armand, Hartmannswillerkopf EmptyJeu 10 Mai 2007 - 14:22

Bonjour,

Le même

Le Viel-Armand, Hartmannswillerkopf Forum_10

Cordialement

Gilles
Revenir en haut Aller en bas
Thierry GUYON
*** Fondateur ***
*** Fondateur ***
Thierry GUYON

Messages : 4004
Age : 51
Localisation : Grenoble (38)
Année d'Incorpo. : 88 à 90
Inscrit le : 21/01/2006

Le Viel-Armand, Hartmannswillerkopf Empty
MessageSujet: Re: Le Viel-Armand, Hartmannswillerkopf   Le Viel-Armand, Hartmannswillerkopf EmptyJeu 10 Mai 2007 - 18:21

Bonjour à tous
Bonjour Gilles

Merci pour cette belle vue qui complète bien la photo aérienne.

Amicalement
Thierry

-....--.-...-...-..----..-. -.. -.-.-.....-.........-.-....
 

Le Viel-Armand, Hartmannswillerkopf FNAC
Le Viel-Armand, Hartmannswillerkopf Ban30.2
Apprendre à connaître les anciens, c’est pour les jeunes Chasseurs vouloir les imiter un jour.

" Quand le drapeau avance, il faut le suivre ; quand il tombe, le relever pour le porter toujours plus loin ". Colonel DRIANT
Revenir en haut Aller en bas
http://www.bleujonquille.fr
Thierry GUYON
*** Fondateur ***
*** Fondateur ***
Thierry GUYON

Messages : 4004
Age : 51
Localisation : Grenoble (38)
Année d'Incorpo. : 88 à 90
Inscrit le : 21/01/2006

Le Viel-Armand, Hartmannswillerkopf Empty
MessageSujet: Re: Le Viel-Armand, Hartmannswillerkopf   Le Viel-Armand, Hartmannswillerkopf EmptyDim 8 Juil 2007 - 13:31

Le Viel-Armand, Hartmannswillerkopf Tablea10

Le Viel-Armand, Hartmannswillerkopf 26610

Le Viel-Armand, Hartmannswillerkopf 0114

Le Viel-Armand, Hartmannswillerkopf 0215

Le Viel-Armand, Hartmannswillerkopf 0314

Le Viel-Armand, Hartmannswillerkopf 0412

Le Viel-Armand, Hartmannswillerkopf Hartma10

Allée menant à la Crypte
Le Viel-Armand, Hartmannswillerkopf 4815_110

Le Viel-Armand, Hartmannswillerkopf Allee_10

La Crypte
Le Viel-Armand, Hartmannswillerkopf Crypte10

Autel de la Patrie
Le Viel-Armand, Hartmannswillerkopf Autel_10

Le Viel-Armand, Hartmannswillerkopf Autel_11

Le Viel-Armand, Hartmannswillerkopf Autel_12

Le Viel-Armand, Hartmannswillerkopf 0513

Le Viel-Armand, Hartmannswillerkopf 0611


-....--.-...-...-..----..-. -.. -.-.-.....-.........-.-....
 

Le Viel-Armand, Hartmannswillerkopf FNAC
Le Viel-Armand, Hartmannswillerkopf Ban30.2
Apprendre à connaître les anciens, c’est pour les jeunes Chasseurs vouloir les imiter un jour.

" Quand le drapeau avance, il faut le suivre ; quand il tombe, le relever pour le porter toujours plus loin ". Colonel DRIANT
Revenir en haut Aller en bas
http://www.bleujonquille.fr
Invité
Invité



Le Viel-Armand, Hartmannswillerkopf Empty
MessageSujet: Re: Le Viel-Armand, Hartmannswillerkopf   Le Viel-Armand, Hartmannswillerkopf EmptyDim 8 Juil 2007 - 14:34

Bonjour à tous,
Salut Thierry,

Pour rebondir sur ta présentation de ce fil... : "Le nom de "Vieil Armand" provient du nom germanisé de "Hartmannsweiler" du village et de la butte (la tête "kopf") qui le surmonte. Les Poilus de l'époque, pas tous lettrés, ont traduit "weiler" par "vieil" et "hartmann" par "Armand""

L'affaire est, hélas, un peu plus complexe. Et les versions divergent encore 90 ans après... Dans tous les cas, les acteurs du drame insistent souvent sur le fait qu'eux n'employaient pas le nom de Vieil-Armand mais parlaient de l'Hartmann. Cette "mise au point" est plusieurs fois évoquée dans les numéros du bulletin des Amis du Hartmannswillerkopf ayant publié des témoignages de combattants. On trouve même dans certains JMO des versions plus farfelues de ce nom, sans parler de l'Armand Fallières Kopf ! Et au bout du compte, cerise sur le gâteau, Serret semble s'être attribué la paternité du terme Vieil-Armand, dans une lettre expédiée à sa famille !

Comme j'ai un peu de temps devant moi, je peux te rechercher ces articles, si tu le souhaites. Un nouveau "fil", peut-être ?

Amicalement,
Eric
Revenir en haut Aller en bas
Thierry GUYON
*** Fondateur ***
*** Fondateur ***
Thierry GUYON

Messages : 4004
Age : 51
Localisation : Grenoble (38)
Année d'Incorpo. : 88 à 90
Inscrit le : 21/01/2006

Le Viel-Armand, Hartmannswillerkopf Empty
MessageSujet: Re: Le Viel-Armand, Hartmannswillerkopf   Le Viel-Armand, Hartmannswillerkopf EmptyDim 8 Juil 2007 - 22:53

Salut Eric

Je te remercie pour ces explications que je ne connaissais pas, qui est fort intéressante et bon à savoir bon

Aucun problème pour les articles et le nouveau post, cela fera un bon complément.

A bientôt
Amicalement
Thierry

-....--.-...-...-..----..-. -.. -.-.-.....-.........-.-....
 

Le Viel-Armand, Hartmannswillerkopf FNAC
Le Viel-Armand, Hartmannswillerkopf Ban30.2
Apprendre à connaître les anciens, c’est pour les jeunes Chasseurs vouloir les imiter un jour.

" Quand le drapeau avance, il faut le suivre ; quand il tombe, le relever pour le porter toujours plus loin ". Colonel DRIANT
Revenir en haut Aller en bas
http://www.bleujonquille.fr
Invité
Invité



Le Viel-Armand, Hartmannswillerkopf Empty
MessageSujet: Re: Le Viel-Armand, Hartmannswillerkopf   Le Viel-Armand, Hartmannswillerkopf EmptyLun 9 Juil 2007 - 10:53

Bonjour à tous,
Salut Thierry,
Chose promise, chose due : ci-dessous se trouve le texte tiré du numéro 8 / 1976 du Bulletin de Liaison des Amis du Hartmannswillerkopf, signé Louis Vogt. Un texte remarquable qui se passe de commentaires. Je me permets cependant d'en ajouter un : respectons donc le voeu du général de Pouydraguin (qui ne commanda pas à l'Hartmann, malgré ce qui est dit à tort par le chanoine Schmitt) et de ces miliers d'anciens combattants ; ne parlons plus du farfelu "Vieil-Armand" mais de l'Hartmann.

Amicalement,
Eric Mansuy

-----

VICISSITUDES DU NOM D’UNE MONTAGNE

A parcourir les anciens documents de la région – et ne serait-ce que d’une façon superficielle – on se rend compte du fait que le nom du Hartmannswillerkopf n’est guère mentionné explicitement avant la seconde moitié du XIXème siècle.

Depuis des temps immémorables, les gens de la région désignent cette montagne, dans leur parler populaire, par les noms de « Habschwihrkopf » ou également « Habschwihrbuckel » [Des Reichsland Elsass-Lothringen, Tome III, 1901-1903, p. 398]. Pour le village lui-même qui est à l’origine de noms donnés à la sommité qui le domine, nous trouvons au cours de l’histoire les dénominations suivantes :
Hadmansvilre en l’an 1187, Hartmanswiler en 1200, tandis qu’au cours du moyen-âge, après le XIIIème siècle, nous rencontrons les noms populaires suivants pour la localité : Habschwiller, Harbschwiller, Hartschwiller.

Dans les notes d’Armand Ignace Ingold, écrites après l’année 1816, où il est fort probablement question des pierres vitrifiées découvertes au haut du Vieil Armand en 1851, nous lisons : « Entre Guebwiller et Wattwiller, tout au sommet d’une haute montagne, il y a un endroit qu’on appelle Silberloch ou Trou d’argent ; il y a là une quantité de crasse d’une fonderie. »

Il est curieux de constater que pour la « haute montagne », dont il est question dans ces notes, le nom de la montagne n’est pas explicitement mentionné, ce qui permet de penser que ce nom n’existait pas encore « officiellement » [renseignements aimablement communiqués par M. Stintzi].
Dans sa « Flore d’Alsace », le célèbre botaniste Frédéric Kirschleger parle également d’une « course faite en 1850, le 10 juin, par MM. Jean et Nicolas Schlumberger et Frédéric Kirschleger, à la ruine de Herrenflueh, à la montagne de Hartmannsweiler et au vallon de Steinbach » [Kirschleger - Flore d’Alsace, Val. III, p. 306].

Là encore, la précision est donnée, faute de dénomination officielle, de la façon suivante : « Au Sud de Jungholtz s’élève la montagne de Hartmannsweiler, 1000 m – constituée par un eurite porphyroïde ».
Nous avons plus de chance avec le « Tableau des altitudes les plus importantes des Vosges, d’après le carte du dépôt de la guerre », publié par Kirschleger dans la « Flore d’Alsace » [idem, année 1858-1860] et reproduite par le grand glaciologue et alpiniste Dollfus-Ausset dans sa collection « Matériaux pour l’étude des glaciers » [Tome IV, portant le sous-titre « Ascensions dans les hautes régions des Alpes » - Strasbourg, 1864 - p. 584]. Notre montagne y est indiquée par le nom « Hartmannsweiler-Kopf » : 936 m.

A noter la séparation des deux mots, l’écriture ancienne « ...weiler » au lieu de « ... willer » et enfin le fait que les conventions géographiques actuelles permettent d’assigner au sommet, non l’altitude de 936 m, mais celle de 956 m.

Entre 1870 et 1914

Nous trouvons plusieurs études sur des blocs vitrifiés qui avaient déjà été découverts au Vieil-Armand, avant la guerre de 1870, autour de 1851, et dans lesquelles le nom de la montagne est donné sous des dénominations différentes :

- Bleicher et Faudel : Matériaux pour une étude préhistorique de l’Alsace, Colmar 1879 - 2ème publication.
- Bleicher : L’enceinte avec blocs vitrifiés de Hartmannsweilerkopf, Colmar 1880.
- Pfister : Annales de l’Est, Tome VI p. 255.
- Bleicher : Les Vosges, Paris 1890.
A noter déjà l’écriture « de Hartmannsweilerkopf » dans le second titre.

Dans le premier, nous lisons successivement : « Enceinte avec blocs vitrifiés du Hartmannswillerkopf » (p. 7-22) ; « au haut du Hartmannswillerkopf », selon une citation d’un rapport fait par J. Koechlin -Schlumberger dans le Bulletin de la Société industrielle de Mulhouse, Tome XXIV, 1852, p. 229 (cité page 9 des « Matériaux »).
Dans le quatrième (p. 278), il est question de « blocs vitrifiés de porphyre du Hartmannswillerkopf » au lieu-dit « Fitzethanne ». Dans ces citations, la lettre « H » de la montagne n’est donc jamais muette, mais toujours aspirée.

En allemand, le nom du Vieil-Armand paraît quelquefois séparé en deux mots. Ainsi dans le guide touristique de Bader [Ernst Hader, Neuester Vogesen-Führer, Freiburg 1896], mais chez le même auteur aussi en un seul mot : « Hartmannsweiler kopf » p. ex. p. 124, mais « Hartmannsweilerkopf » p. ex. p. 123 et 126. Le célèbre guide de Mundel [Curt Mündel - Die Vogesen, Strassburg 1881] écrit de même « Hartmannsweilerkopf » (p. 231).
Dans le livre « In die Vogesen » du Dr. Aug. Schricker [Dr. Aug. Schricker – « In die Vogesen », Strassburg 1873] nous lisons encore : « ... von Sultz über den Hartmannsweiler - Berg ... » (p. 130) et « ... den Porphurkegel von Hartmannsweiler ». (p. 131).

Pendant la première guerre mondiale

Les cartes, documents et plans français reprennent toujours la terminologie des cartes allemandes. La montagne est régulièrement appelée soit « Hartmannsweilerkopf », soit « l’Hartmannswillerkopf », soit « montagne d’Hartmannswiller », mais toujours avec la lettre « H » muette et en un seul mot. Notons toutefois que sur le plan directeur du groupe des canevas de tir de l’armée française mis à jour le 8 octobre 1918, donc un mois seulement avant l’armistice (plan que M. Roland Fischer a bien voulu nous communiquer), nous lisons (en deux mots) « Hartmannswiller Kopf » sans le sous-titre traditionnel « Vieil-Armand », de même que : « Hartfelsenschloss ».
Dans ses mémoires rédigées en 1915 [Dr Brizard - 17 mois de campagne au 55ème Territorial d’infanterie, Paris 1920], le Dr Brizard parle en ces termes : « ... se trouve l’Hartmannsweilerkopf, dont ... » (noté le 6.6.15 : p. 180), puis « Ma carte indiqua : l’Hartmannsweilerkopf » (septembre, p. 239). Mais aux pages 247 et 250 apparaît la dénomination usuelle chez les poilus de l’époque : « ... l’Hartmann ».

Il résulte des notes de l’époque, comme on en a aussi l’impression en lisant les « Poèmes d’Alsace » d’Henri Martin, ancien combattant du HWK, que la prononciation « l’Hartmannswillerkopf » ou « l’Hartmann » (avec lettre H muette) était d’usage chez les soldats français (dédicace à Scheurer, [Henri Martin - Poèmes d’Alsace, Hartmannswillerkopf-Metzeral, 1915]). Quelquefois ils disaient simplement l’HWK, alors que les Allemands le nommaient « der HK », ce qui est d’ailleurs le titre du livre de Goes, où le sous-titre porte le nom en deux mots « Hartmannsweiler Kopf ».
Les comptes-rendus et communiqués de l’époque (hiver 1914-1915) parlent toujours dans les termes « Hartmannswillerkopf » ou « Hartmann ». (Voir « L’Illustration » ou le commentaire original des documents photographiques fournis par l’Etablissement cinématographique des armées ou le Musée de la Guerre de Vincennes).

A notre connaissance, le terme « Vieil-Armand » apparaît pour la première fois, dans « L’Illustration », dans un article du 10 avril 1915, et cela entre guillemets. Quelle est son origine ? Il semble que ce ne sont pas les poilus qui l’ont inventé et encore moins utilisé. Les anciens combattants encore en vie sont formels sur ce point. Dans une lettre de M. Boucher du 14.10.69, l’auteur affirme que « les soldats ont toujours dit « l’Hartmann » et que le Vieil-Armand a été pendant la guerre du moins un terme journalistique. Le colonel Pochard abonde dans ce sens : « Tous les anciens de 1914-18, du 13 et du 53 (il s’agit des bataillons de chasseurs alpins) disent l’Hartmann et non le Vieil-Armand » (lettre du 5.3.1970).

Racontant, dans ses souvenirs, la fin de sa première visite en Alsace en février 1915, le président Poincaré écrit : « ... cet Hartmannswillerkopf que le général Serret avait baptisé « le Vieil-Armand » [cité p. 33 par Lucien Goetz – « L’Hartmannswillerkopf ». Berger-Levrault, 1932] et nous trouvons effectivement, dans une lettre que le général Serret data le 12 septembre 1915, le passage suivant : « Cette hauteur que j’ai baptisée Armand est vraiment le champ de désolation le plus complet qu’on puisse voir ». Mais le 27 mars 1915, le maréchal Joffre écrira encore au général Serret des « ... dernières opérations entreprises dans la région de l’Hartmannswillerkopf ». [Henry Bordeaux, « Vie et mort du général Serret », Plon, cité par « La Charte », Janvier 1970, p. 6]. Dans l’historique du 13e BCA, nous lisons (p. 51 en note) : « Hartmann : diminutif employé pour Hartmannswillerkopf » - « Vieil-Armand : appellation fantaisiste ».

Après la guerre

Dans la littérature d’après-guerre, les trois dénominations « Hartmannswillerkopf » (H muette en général), « Hartmann » (id.) et « Vieil-Armand » sont employées à peu près à titre égal. Ainsi chez Henry Bordeaux (où nous trouvons même « Hartmannsvillerkopf » avec « V » au lieu de « W », chez Goetz, (ouvrages cités), Dupuy [Dupuy, « La lutte pour l’Hartmannswillerkopf », 1932], Marteaux [Pierre Marteaux, « Diables rouges, Diables bleus à l’Hartmannswillerkopf », Paris 1937], etc., toujours avec la lettre H muette, sauf dans la traduction en français du livre de Goes [G. Goes, « Hartmannswillerkopf », Paris 1934 (traduction)] faite par le commandant P. Waechter où nous lisons « Le Hartmannswillerkopf », « au Hartmann », donc H aspirée (pp. 7 et 11). Citant le guide Joanne de 1914, Henri Martin note également « Le Hartmannswillerkopf » (H. Martin, « Le Vieil-Armand 1915 », Paris 1936, p. 10).

Les inscriptions figurant sur les monuments et les tombes de cette époque ne sont pas moins instructives à cet égard. Au cimetière militaire français de Moosch qui fut déjà aménagé pendant la guerre, toutes les tombes des soldats morts au Vieil-Armand portent la mention « Hartmannswillerkopf ».
Le célèbre monument du Quinze-deux, érigé après l’armistice au pied de l’Aussichtsfelsen, porte même l’indication ancienne allemande « Hartmannsweilerkopf ». Quant à la lettre « H », l’organisme chargé du monument près du Silberloch, s’appelle « Comité de l’Hartmannswillerkopf », alors que nous lisons sur certains panneaux indicateurs de la route (p. ex. à Wattwiller) « Le Hartmannswillerkopf » et que, il y a deux ans, une association « Les Amis du Hartmannswillerkopf » a été fondée.

Un peu d’étymologie

Sans aucun doute, la montagne a été nommée d’après le village « Hartmannswiller » situé à ses pieds. Le mot « Kopf » dont le sens primitif désigne également un récipient rond, puis le crâne (moyen-latin : cuppa ; français : coupe), indique donc ici le sommet d’une montagne à forme ronde (on le rencontre en allemand sous la forme « Kuppe » ou « Koppe » comme dans Schneekoppe).
« Hartmann », prénom très fréquent dans le sud de l’Alsace, ne signifie pas un homme au cœur « dur », mais plutôt un homme fort et courageux (conservé en français sous le terme « hardi »). En alsacien « hert » ou « hart ». D’ailleurs les formes des noms propres n’obéissent pas aux mêmes lois phonétiques que celles des noms communs, de sorte qu’on ne dira pas « Hertmann » en alsacien.

A noter que le terme « Hart » ou « Hard » désigne aussi une forêt, surtout en montagne ; en plaine une forêt sur sol aride, comme la « Hardt » entre l’Ill et le Rhin, ou le Spessart, le Harz en Allemagne. C’est peut-être dans cette acception qu’il faut voir l’étymologie d’un lieu-dit très voisin du Hartmannswillerkopf et souvent nommé dans les rapports de la guerre : le « Hartfelsen » et le « Hartfelsenschloss » où se trouvait un observatoire français. Dans ce cas, la traduction « Rochedure » qu’on rencontre parfois, serait erronée.

Pour ce qui concerne enfin la lettre « H », nous conclurons en remarquant que notre statistique (fort incomplète) révèle qu’elle est utilisée aspirée ou muette à titre égal, avec prédominance pour la muette pendant et après la guerre. Nous inclinons à écrire « Le Hartmannswillerkopf » et non « L’Hartmannswillerkopf », en nous référant à la prononciation originale et en faisant remarquer qu’on dit couramment : « le Hohneck, le Hundsrück, le Hirtzenstein » et que les mots français d’origine allemande (le havresac, le hamster, le hussard (hongrois), la hutte, le hère, etc.) se prononcent aspirés… et qu’il n’y a aucune raison pour faire autrement du « Hartmannswillerkopf ».

Ajoutons, pour compléter ces notes, un témoignage de M. le chanoine Paul Schmitt.
« En automne 1919 ou dans la première moitié de 1920 – je ne me souviens plus exactement de la date précise – les élèves des classes terminales du lycée de garçons de Mulhouse furent conviés à une visite-pèlerinage au Hartmannswillerkopf qui ressemblait encore, à ce moment-là, à un paysage lunaire strié de tranchées et parsemé de fortins. C’est le général Puydraguin [de Pouydraguin] qui nous guidait. Il avait dirigé lui-même les opérations du côté français. Il nous fit revivre la bataille avec ses avancées et ses reculs, ses objectifs stratégiques et les moyens mis en œuvre. A la fin de cet impressionnant exposé, devenant, si possible, plus grave encore, le général nous exhorta à rester dignes des milliers de morts qui reposaient là et il ajouta : « Par respect pour eux je vous prie instamment : Ne parlez jamais du Vieil-Armand, mais appelez toujours cette montagne « le Hartmann » ! » Ce souvenir s’est gravé dans ma mémoire et je me suis toujours conformé à cette recommandation. »

Pour mémoire :

Dans le livre « Les Vosges » de H. Haug nous lisons à la page XXIII : « le Hartmannswillerkopf (le « Vieil-Armand » dérivé de la prononciation que lui donnaient les soldats « l’Armand Fallières »)…

L[ouis] V[ogt]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Le Viel-Armand, Hartmannswillerkopf Empty
MessageSujet: Re: Le Viel-Armand, Hartmannswillerkopf   Le Viel-Armand, Hartmannswillerkopf Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Viel-Armand, Hartmannswillerkopf
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le Programme en quelques siècles-poème d'Armand Robin
» Armand Silvestre
» Armand Silvestre
» Bonheur... (de Manny Armand Rothan)
» Trans Freeze (Vendin le Viel, 62)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BATAILLONS DE CHASSEURS :: HISTOIRE DE NOS BATAILLONS :: NECROPOLES, CIMETIERES MILITAIRES :: Cimetière du Silberloch-
Sauter vers: